Gemmothérapie

Origine :

La gemmothérapie est une branche de la phytothérapie qui utilise les bourgeons et les jeunes pousses d’arbres et d’arbustes préparés à l‘état frais par macération directe dans un mélange eau-alcool-glycérine à part égale.

C’est P.Henry, un médecin belge qui créa cette nouvelle méthode et publia ses travaux en 1970 sous le nom de « Phytoembryothérapie », terme qui fut adopté partout.

Avant lui Sainte Hildegarde de Bingen au XII eme siècle conseillait 8 bourgeons d’arbres, ceux du bouleau, du cassis, du châtaignier, de l’églantier, du frêne, du peuplier, du pommier et du tilleul.

Spécificité :

Le bourgeon comporte l’intégralité des informations de la plante ; ses informations génétiques, ses différents tissus, tronc, sève, tiges, feuilles, fleurs, fruits, racines et ses différentes propriétés.

C’est un groupe de cellules embryonnaires indifférenciées ou cellules souches. Appelées aussi totipotentes, chaque cellule est capable de redonner une plante entière.

Le bourgeon est doué d’une intelligence végétale car ses cellules sont capable de s’adapter à son environnement, aux conditions de vie particulière de la plante. 

L’évolution et l’adaptation sont des caractéristiques importante de la gemmothérapie. Ce sont aussi celles du Vivant.

Les tissus embryonnaire végétaux (bourgeons, jeunes pousses) renferment toute la puissance de la future plante. On parle de totum de la plante. Ils contiennent plus d’acide nucléique (information génétique) que les autres tissus, mais également des hormones de croissance, des vitamines, des oligo-éléments, des minéraux et surtout de la sève apportée par l’arbre.

L’extrait gemmothérapique constitue un véritable ensemble énergétique et un concentré d’information ; il renferme tout le patrimoine génétique de l’arbre dont est issu le bourgeon.

Ainsi, le macérât glycériné de tilleul (Tilia tomentosa) possède les propriétés sédatives liées aux fleurs mais également les vertus dépuratives et diurétiques de l’aubier. Il en va de même pour le bourgeon d’aubépine (Crataegus oxyacantha) qui possède les propriétés du fruit (action sur le muscle cardiaque) et de la fleur (action sur le rythme cardiaque)

Ma pratique :

Je prépare du macérât concentré, c’est à dire dilué au 1/20 ème à partir de bourgeons frais, une part de bourgeons pour 20 parts de solvant, aussi appelé macérât mère.

C’est la forme originale développé par Pol Henry. Il existe un macérât glycériné dilué en 1DH (1/10eme) qui est beaucoup moins concentré en principes actifs. Il faut en prendre en plus grande quantité, ce qui veut dire ingérer plus d’alcool car la macération est faite avec seulement glycérine et alcool.

Je récolte en montagne et met en macération aussitôt sur le lieu de cueillette, préservant les bourgeons de l’oxydation.

Ensuite les flacons sont stockés entre 21 jours et 50 jours selon les essences au noir et à température stable. 

Tous les jours et plusieurs fois par jours ils sont dynamisés par un mouvement de balancier.

Puis filtrés par gravité et pression douce au terme de la macération.

Les solvants :

Le Dr Henry avait choisi ces trois solvants pour leur complémentarité indéniable :

– l’eau extrait surtout les minéraux et oligo-éléments, les vitamines, les composés phénoliques, les sucres et les polysaccharides, les composés aromatiques, les saponosides, les acides aminés et les protéines, les acides de fruits.

J’utilise de l’eau de source présente sur le lieu.

l’alcool extrait surtout les alcaloïdes, les phytostérols, les hétérosides, les saponosides, les composés phénoliques, les acides aminés et les protéines, les vitamines et les résines.

J’utilise de l’alcool à 95°, le plus pur possible.

la glycérine végétale extrait surtout les composés ou les vitamines liposolubles (A, E) ou encore les huiles essentielles, les phytostérols, les flavonoïdes et les polyphénols, les composés aromatiques.

Elle permet, en outre, de renforcer le pouvoir d’extraction de l’eau par ses propriétés hydrophiles mais aussi de stabiliser les tanins afin d’éviter la précipitation et la cristallisation des alcaloïdes extraits par l’alcool.

J’utilise de la glycérine végétale et biologique.

Traitement : 

Le macérat mère concentré s’utilise en général en traitement de fond à la dose d’une goutte par année d’âge jusqu’à l’âge de 15 ans. 15 gouttes par jour (fractionné ou non) suffisent pour un adulte et ce pendant 3 semaines.

En cas d’affection aiguë, le macérat sera pris en plusieurs fois (3 ou 4) dans la journée en augmentant la dose.

Il peut se prendre soit directement sous la langue soit dans un peu d’eau.

Contre indications : il n’y a aucune toxicité dans les bourgeons néanmoins il est recommandé de solliciter l’avis d’un professionnel de santé en cas de cancer hormono-dépendant, pour les femmes enceintes et les personnes prenant des anticoagulant ou médicaments pour le coeur.

En savoir plus :

Sources : 

Guide de Gemmothérapie, Edition Amyris.

La phytembryothérapie, Docteur Franck Ledoux et Gérard Guéniot, éditions Amyris

Gemmothérapie, Stéphane Boistard, édition de Terran

L’herbier d’Habren : herbaliste

PRODUITS EN BOUTIQUE

Newer
Géobiologie
Older
L’églantier – Rosa canina

Leave your comment

Shopping cart